contact@koreliz.com 01.39.07.28.28
Email 01.39.07.28.28

RT 2012, ce qui change

28 juillet 2014
Partager cet article

La future Réglementation thermique s’inscrit dans la politique générale de la France de maîtrise de l’énergie et de réduction des gaz à effet de serre

Des objectifs ambitieux:

 

Réduction de la consommation d’énergie primaire de 150 milliards de kWh entre 2013 et 2020
Réduction des émissions de CO2 entre 13 et 35 millions de tonnes de CO2 entre 2013 et 2020

Une différence majeure par rapport à la RT 2005

 

Un objectif global dès la conception des bâtiments, en effet , L’objectif en kWhep/m2 (kWh d’énergie primaire par m2 SHON ) est connu d’avance et ne dépend plus de la forme du projet. Un calcul plus pointu est donc nécessaire et un effort sur tous les les niveaux est demandé: forme du bâtiment, isolation des parois, orientation et nature des baies, protection solaire, étanchéité, inertie thermique…
Une modulation de l’objectif de consommation est possible notamment de part la zone climatique, le type d’utilisation des locaux (hôpital, bureau, école, logement….), le type d’énergie utilisée…

 

 

L’impact de la conception bioclimatique du bâtiment

 

L’objectif premier est que l’approche bioclimatique du bâtiment soit prise en compte. Un nouveau coefficient appelé « Bbio » fixe une performance plus importante du bati indépendamment des équipements énergétiques mis en oeuvre (chauffage, refroidissement, eau chaude sanitaire, photovoltaïque…) Ce nouvel coefficient tient compte des surfaces afin de ne pas pénaliser les petits bâtiments.

Le traitement de l’étanchéité à l’air est un moyen d’augmenter les performances du bati, en batiment collectif le test de la « porte soufflante » est obligatoire

La consommation énergétique du bâtiment

 

L’exigence maximale définie par l’ indice « Cep max » porte sur les consommations énergétiques en énergie primaire sur cinq usages (chauffage, refroidissement, éclairage,production d’eau chaude sanitaire, la production d’électricité à demeure tels que pompes et ventilateurs), déduction faite de la production d’énergie au delà de l’autoconsommation.

« L’objectif de l’indice «  »Cep max » » est en moyenne de 50 kWh/m²/an) , il existe une spécificité pour le logement collectif: il est porté temporairement jusqu’au 1er janvier 2015 à 57,5 kWhEP/(m2.an) afin de permettre aux filières industrielles de pouvoir proposer des équipements performants à coûts maîtrisés. »

Un confort d’été

 

La RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d’assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de climatisation. Pour ces bâtiments, qui dépendent également du type d’occupation et de la localisation (zone climatique , altitude, proximité de zone de bruit), la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été ne doit dépasser un seuil.

 

Pour plus de précisions :

Cstb-reglementation-thermique-2012

Partager cet article
Publication précédente
Publication suivante